PAM : La conseillère spéciale, Princesse Sarah Zeid plaide en faveur de la nutrition au Tchad

0
2241

Arrivée au Tchad, la princesse Sarah Zeid par ailleurs Conseillère spéciale du programme alimentaire mondial (PAM) se soucie de la nutrition des mères et des des enfants tchadiens a travers plusieurs rencontres qu’elle a eu avec les autorités tchadiennes.

Son Altesse Royale la Princesse Sarah Zeid de Jordanie, a conclu hier une visite de quatre jours au Tchad, à l’initiative du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM). La Princesse Sarah Zeid est une activiste mondiale et conseillère spéciale du PAM pour la santé et la nutrition des mères et des nouveau-nés. Le Tchad constitue la première étape d’une tournée en Afrique centrale et de l’ouest, afin d’observer les causes de la malnutrition et leur impact sur les femmes et les enfants.

Arrivée à N’Djamena, la Princesse a échangé avec les mères des enfants souffrant de malnutrition dans le centre de santé revitalisé d’Atrone dans le 7ème arrondissement. Elle a visité aussi une organisation de femmes productrices de farines infantiles à bases d’aliments locaux. Ses voyages l’ont permis de découvrir les initiatives communautaires de prise en charge de la malnutrition dans le Kanem et de suivre la chaîne de valeur de la première farine infantile fortifiée produite au Tchad, dans le Mayo-Kebbi Ouest.

pH/PAM2020

« Chaque mère veut le meilleur pour son enfant. Un enfant sain, éduqué et capable de réussir. La nutrition est la pierre angulaire de l’avenir, c’est pour cela que nous devons plaider pour une nutrition appropriée. Je suis contente de voir que ces efforts ont déjà commencé au Tchad et j’espère que les partenaires vont appuyer ensemble une mise à échelle », a-t-elle souligné

La malnutrition asphyxie l’économie nationale

pH/pAM 2020

Au Tchad un enfant sur trois (1/3) souffre d’un retard de croissance du à la malnutrition et plus de 43% de la mortalité infantile est liée à la malnutrition. Ce qui engloutit des sommes colossaux à l’Etat soit 9,5% du produit intérieur brut pour résoudre à cette problématique. « La malnutrition est une urgence silencieuse au Tchad, avec des effets irréversibles sur les enfants en termes de croissance physique, de développement cognitif et de productivité à l’âge adulte », souligne le rapport  du PAM.

Sarah Zeid a plaidé pour un engagement accru sur les questions de nutrition, sous le leadership de la Présidence de la République, ainsi que pour un financement domestique adéquat et un renforcement de la législation. Elle a aussi rencontré des partenaires humanitaires et de développement qui opèrent dans le domaine de la sécurité alimentaire, la santé et la nutrition.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.