Obésité : Une vigilance s’impose

0
323

Les taux d’obésité augmentent plus vite en Afrique qu’ailleurs. 8 des 20 pays à connaitre une hausse rapide du taux d’obésité chez les adultes se situent en Afrique. De plus, en 2017, le surpoids infantile touchait 38 millions d’enfants âgés de moins de cinq ans. Près de 46% de ces enfants vivent en Asie tandis que 25% d’entre eux vivent en Afrique.

Au Tchad, beaucoup pensent que l’obésité n’est pas une maladie, mais en réalité, elle l’est. Et certaines questions méritent d’être posées : est-ce que l’alimentation est suffisante ou bien l’on observe des situations de sous-nutritions ? Est-ce que les produits que nous mangeons sont sains et diversifiés ? Est-ce que les gens ont de quoi s’acheter à manger ? Est-ce que l’eau potable est assurée ? Loin de là.

Selon Oxfam international (une confédération des Ong), c’est au Tchad que l’on mange le moins bien. Et c’est aux Pays-Bas que l’on mange le mieux (même si le taux d’obésité est assez haut, la diversité alimentaire est excellente). Le dernier pays dans ce classement est donc le Tchad (où un enfant sur trois souffre d’insuffisance pondérale) derrière l’Ethiopie et l’Angola.

L’obésité est le fait qu’une personne ait un poids au-dessus de son poids normal. Par exemple chez l’enfant c’est quand son poids dépasse de plus de 20% le poids attendu pour sa taille. On peut être gros et de grande taille et ne pas avoir la même signification que la personne obèse. Et l’obésité se définie par des normes. « Pour une personne de 60 Kg avec une taille de 1,60 m, son poids idéal doit être 60 Kg. Si elle a 1,80 m, elle doit avoir également 80 Kg. Et si elle a au-dessus de 80 Kg c’est qu’elle a une surcharge pondérale qui s’évalue de kilo par mètre carré (K/m2). De 22,99 la personne est encore normale mais si elle va jusqu’à 25 K/m2, c’est une surcharge pondérale. A partir de 30 K/m2, on parle d’obésité. Dans cette obésité, il y a plusieurs tranches : obésité modérée qui va de 30 à 35 K/m; majeure ou sévère de 30 à 40 K/m2. Au-delà de 40 K/m2, on parle d’obésité morbide c’est-à-dire très sévère », explique Dr Mbainguinam Dionadji, Endocrinologue et Président de l’Ordre national des médecins du Tchad (Onmt).

Selon l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), aujourd’hui dans le monde, plus de 815 millions de personnes souffraient de sous-alimentation chronique en 2016 et 842 millions de personnes sont aujourd’hui sous-alimentées. « Si nous n’agissons pas maintenant afin d’inverser la tendance vers la hausse de ces taux d’obésité, nous pourrions bientôt avoir plus de personnes obèses que sous-alimentées dans le monde. La hausse du taux d’obésité est un facteur de risque pour de nombreuses maladies non-transmissibles telles que les maladies cardiaques, les AVC, le diabète et pour certains types de cancer. Les dernières estimations suggèrent que l’obésité entraîne chaque année deux millions de dollars de dépenses, soit l’équivalent des dépenses associées au fait de fumer et aux conflits armés », conseillait José Graziano Da Sylva, Directeur général de la FAO lors de la 38ème journée mondiale de l’alimentation, édition 2018.

Beaucoup de facteurs créent le risque d’obésité au Tchad à savoir la sédentarisation, le problème de la transformation des aliments (les tchadiens mangent beaucoup plus raffiné mais pas naturel), le manque d’activités physiques (pause de problème d’obésité). La tendance et l’abus au modernisme s’avèrent aussi dangereuse pour la vie quotidienne. « On fait tout d’une manière automatique. Peu des tchadiens vont en vélo. Beaucoup roulent dans des véhicules et motos. Certains montent l’ascenseur au lieu d’escaliers. Et là, on dépense moins d’énergie et on en consomme beaucoup. Or en vélo, on dépense plus d’énergie. Il faut aussi marcher pendant 30 mn par jour ou 3 fois dans la semaine pour dépenser un peu d’énergie. Bref, il faut veiller à l’environnement et avoir une alimentation saine », conseille Dr Mbainguinam Dionadji.

Djimnayel Ngarlenan

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici