N’Djamena : Mairie centrale, l’exécutif a mal de gorge

0
752

Nommé quatre fois de surprise à la gestion de la cité capitale N’Djamena, le 4e retour à la commande d’Ali Haroun est entaché des incongruités. Selon des sources concordantes, un séisme se prépare au sein de l’exécutif.

Depuis sa nomination à la tête de la mairie centrale de N’Djamena, le climat est morose entre le maire Ali Haroun et son Staff. En effet, depuis plusieurs jours, Ali Haroun sont à couteaux tirés avec certains de ses conseillers qui gobent mal ses intentions d’élargir le poste des conseillers et la nomination de l’actuel Directeur général du marché central.

L’atmosphère actuelle du maire est très mal appréciée par le conseil municipal. Deux actes voire trois majeurs qui risqueraient de soulever le tapis sur l’urine. Dès l’arrivée du maire Ali Haroun qui maîtrise bien le milieu, il a procédé aux nominations qui ne respectent pas les règles de la maison. Ne voulant pas faire promotion des cadres de la mairie dont il a la gestion, il a fait plutôt appel aux personnes bien choisies.

Selon les sources que la rédaction de Tachad.com a consultées, deux des conseillers nommés par Ali Haroun ne sont rien que ses amis. En voulant savoir sur ces nominations, la commission paritaire s’est heurtée à un refus du Maire. L’un des points qui suscite l’indignation de certains Conseillers de Ali Haroun, c’est la création de deux postes de conseiller: Conseiller à la ressource humaine et le conseiller politique. Pourtant selon l’organigramme de la mairie, il y a seulement que deux conseillers : Conseiller à la communication et Conseiller aux affaires juridiques.

La commission paritaire voulant savoir sur l’extension des postes de conseillers, s’est retrouve face au refus catégorique du maire. La semaine dernière, notre source nous source fait comprendre que le début de cette semaine serait mouvementée à la mairie si Ali Haroun ne justifie la création des postes de conseiller.

Deux nominations qui font brouillis

L’acte qui fustige plus les cadres de la municipalité de N’Djamena, est la nomination du conseiller à la communication Ousman Abbas en mai dernier. Ce dernier a bénéficié de la clémence du maire Ali est aussi le directeur adjoint à la communication, des statistiques et du post de volontariat au ministère de la jeunesse et des sports. La deuxième est la promotion du douanier Hamid Guerdi Oumé comme directeur général du marché central qui serait l’un de ses beaux-frères.

Des sources municipales renseignent que le maire depuis son installation a voulu opérer des réformes mais sans consulter ses subordonnés. Ce qui est en train de créer un climat de décrispation et soulève l’indignation de l’équipe technique de la mairie. Le personnel dans ses tentatives d’amener le maire à donner des explications sur les différentes nominations et les deux postes de conseiller: conseiller aux affaires politique et conseiller aux ressources humaines, le maire oppose un refus catégorique pèse ses menaces sur le délégué du personnel.

Laisser un commentaire