N’Djamena a subi la censure des réseaux sociaux en ce début de matinée du samedi 09 octobre

0
211

Annoncée pour ce samedi 09 octobre bien que interdite, la marche de la plateforme wakit tama a amené le gouvernement a restreindre les réseaux sociaux pour quelques heures ce matin sur la ville de N’Djamena.

Les N’Djamenois en ce début de la matinée ont vu leur ligne de messagerie coupée, la ligne téléphonique perturbée jusqu’au environ de 8heures. C’est après deux heures que les réseaux sociaux sont ouverts.

Un utilisateur raconte que c’est depuis 01 heure du matinée qu’il a constaté qu’il ne pouvait pas ouvrir ses comptes Facebook et WhatsApp ni envoyer des messages.  » C’est méchant de couper la ligne sur les gens », fustige Rangar rencontré sur la voie de contournement Dembé.

C’est la conséquence du bras fer entre le gouvernement et les organisateurs de la marche. Le gouvernement de son côté use de son pouvoir pour interdire la marche et wakit tama dans sa position radicale ne veut plus écouter la voix des autorités qu’elle qualifie d’illegale et illégitime.

Très remonté, la trentaine révolue Hélène, « c’est un pays où on ne peut pas exprimer son mécontentement. Pour la marche de wakit tama, ils coupent l’Internet. Nous sommes au temps de l’économie numérique donc on ne peut couper l’Internet », claque-t-elle.

Haroun, un entrepreneur digital « c’est regrettable. Le Tchad n’est pas seulement pour ceux qui marchent », fulmine-t-il. Marcel Kemtchang, Directeur d’un organe de presse en ligne se dit être dans la désolation de voir le gouvernement restreindre encore les réseaux sociaux même si c’est pour une minute, c’est irresponsable.

C’est pour la unième fois que le gouvernement se voit dépasser et utiliser son pouvoir pour priver ces concitoyens des moyens de communication en ce 21e siècle appelé siècle de technologie.

Laisser un commentaire