Moustapha Abakar Malloumi, propose des pistes de solution pour la professionnalisation de l’ONAMA

0
256

C’est à travers un ouvrage littéraire de 90 pages présenté ce matin 16 novembre à la maison des média du Tchad, que l’auteur économiste et journaliste dresse un chapelier de proposition pour la professionnalisation des média publics : la radio et la télévision nationales.

Intitulé « Bientôt le nouveau siège ! Quelle radio et télévision pour la 4eme république de l’émergence ?», Moustapha Abakar Malloumi  ancien journaliste de ces deux média d’Etat, se veut donner ses contribution pour redonner à la radio et télévision d’Etat à travers une approche innovante pour une gestion rigoureuses et un suivi au millimètre près des activités. « Malgré les moyens matériels mis à leur disposition, la radio Tchad et la Télévision peinent à proposer des contenus à la hauteur des besoins de plus en plus exigeants du public », souligne-t-il.

Pour lui, aujourd’hui la RNT et la TVT n’ont aucune concurrence nationale sérieuse dans le paysage médiatique de notre pays. Elles devraient en principe dit-il, être la référence audiovisuelle au Tchad. « Devant cette situation, nous nous sommes dit qu’en notre qualité d’ancien journaliste ayant exercé pour ces deux média publics, nous nous devons d’apporter notre modeste contribution aux efforts des uns et des autres visant à relever le niveau de performance de la RNT et de la Télé-Tchad », lance-t-il.

A travers cet ouvrage, Moustapha Abakar Malloumi déclare que son objectif est de changer la qualité des  éditions parlées (journaux de la RNT et de la télé Tchadienne). Selon l’auteur, il ne s’agit pas de construire un très bon édifice qui ne servira à rien, mais de fonder une équipe dynamique qui pourra relever les défis de Chef de l’Etat à l’ère de l’émergence. Son approche proposée vise essentiellement l’amélioration du management qui exige à l’entreprise une obligation du résultat à tous les niveaux d’échelle, du planton aux directeurs en passant par les animateurs, les reporters, les présentateurs, les agents de publicités, les caméramen, les monteurs etc.

Il est ici, dit-il, de mettre des « processus » qui définissent qui doit faire quoi, quand, comment et pour quel résultat ? Pour cela, l’auteur propose un schéma d’organigramme adapté. En lieu et place des directions, Moustapha Abakar Malloumi souhaite la mise en place des services généraux pour assurer le support et le bon fonctionnement de toutes les activités de ces deux organes. L’objectif de cet organe est de libérer le journaliste de toutes les autres tâches pour lui laisser le temps d’exercer son travail d’informer le public. Un organe proposé ici par l’auteur, c’est la direction de Marketing et relation client.

Moustapha Abakar Malloumi, ne s’arrête pas là. Mais il exhorte au respect des horaires du déroulement des programmes, des contenus répondant à l’attente des consommateurs du public tchadien en se débarrassant aux tendance des non-événements et folklores pour s’atteler à la vraie « nouvelle ».  Un autre axe proposé ici par l’auteur, c’est d’emmener les journalistes de ces deux organes de presse à respecter l’écrit journalistique adapté à la radio et à la télévision. Ils les orientent à braquer leurs projecteurs sur les initiatives des jeunes. Cependant annonce-t-il, « elles doivent aller à la rencontre de ces talents et non l’inverse ».

Pour finir, Moustapha Abakar Malloumi  suggère en lieu et place de l’office national des médias et audiovisuels (ONAMA) une autre dénomination « La télévision et Radiodiffusion nationales tchadiennes (TRNT) ». Et ceci c’est pour garder la marque de la RNT, « notre identité ». « Nous estimons qu’on doit conserver cet acquis », indique-t-il.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici