Média: Samedi 19 mars 2022, noir pour les presses privées du Tchad

0
280
Vice-présidentde l’UJT


Le vice-président de l’Union des journalistes Tchadiens (UJT) Aba André a animé un point de presse ce 18 mars à la maison des média à NDjamena dans la commune du 6e arrondissement. C’est un point de presse relatif à lexclusion de la presse privée dans son ensemble au moment de ce présent dialogue préliminaire qui se déroule à Doha, au Qatar entre les politico-militaires et le gouvernement.

Le vice-président de UJT


Lors de ce point de presse, les organisations professionnelles des media, des patrons de presse et promoteurs des media électroniques décident unanimement de prendre à témoin l’opinion nationale et internationale par rapport à leur marginalisation lors de ce fameux pré-dialogue de Doha.


Les organisations professionnelles des média à savoir : l’Union des Journalistes Tchadiens (UJT), l’Association des Editeurs de la Presse Privée du Tchad (AEPT), l’Union des Radios privées du Tchad (URPT), l’Association des Techniciens de Communication du Tchad (ATCOM) et SODEMA (Société pour le Développement des Média en Afrique), les Directeurs des radios et télévisions privées, des journaux et des média électroniques constatent avec stupéfaction qu’aucun journaliste issu des média privés n’est pris en compte pour la couverture médiatique de cette rencontre historique, alors que des contacts ont été préalablement pris avec quelques journalistes à travers leurs rédactions respectives par les responsables de la sous-commission communication et information du CODNI (Comité d’Organisation du Dialogue National Inclusif) pour le voyage de Doha, au Qatar.


Selon Aba André, les documents de voyage ont été collectés avant d’être restitués quelques jours plus tard sans explication. Non seulement, la presse privée a été royalement écartée par des lobbies bien constituées, mais le budget dégagé par le CODNI pour aider la presse privée à travers des inserts dans les journaux et des émissions radio-télévisées n’est jamais parvenu dans ces différentes rédactions. Aussi, nous apprenons qu’une somme colossale serait débloquée et remise à un média international pour mieux couvrir tout le processus du dialogue national inclusif alors que l’évènement se passe ici chez nous, et que les médias nationaux sont bien placés pour en faire écho au peuple tchadiens, précise-t-il.


Le vice-président de lUJT souligne que les journalistes des médias privés sont empêchés de couvrir un événement de telle envergure de peur qu’étant sur place à Doha, ceux-ci vont relayer des informations sensibles dans les coulisses, semble être la motivation pour les exclure. Raison pour laquelle, la presse privée est exclue car tous les regards sont tournés vers Doha, ville où se joue l’avenir politique pour la stabilité du Tchad.


ABBA ANDRE appelle tous les journalistes tchadiens à fermer leur antenne et rédaction ce 19 mars date à laquelle, les activités du pré-dialogue devraient logiquement reprendre après quelques jours de suspension.


Si les hautes autorités de transition continuent à négliger la presse privée, d’autres actions d’envergure seront menées dans les jours à venir et le gouvernement tchadien sera tenu pour seul responsable de tout ce qui adviendra, conclut-il.
DJITEBAYE MAYANGAR JUDICAEL

Laisser un commentaire Annuler la réponse.