Média-Elections : la presse privée menace de retirer sa participation à la couverture médiatique

0
714

Après trois jours de lancement des campagnes électorales pour les presidentielles du 11 avril 2021 prochain, la presse privée du Tchad donne 48 heures à la haute autorité des médias et de l’audiovisuel (HAMA) de décanter la situation sous menace de retirer sa participation à la couverture médiatique des élections présidentielles d’avril à partir de ce lundi 15 mars 2021 jusqu’à gain de cause.


Les médias privés appellent l’implication directe du Maréchal du Tchad pour que la situation soit décantée dans les meilleurs délais. La société nationale d’électricité (SNE) est aussi interpelée à revoir la situation de délestage qui ne facilite guère la production de ces médias en ce temps de campagne.


Cette décision a été prise à l’issue de la rencontre du consortium des télévisions privées du Tchad, fu patronat de la presse tchadienne, la convention des entrepreneurs de presse privée au Tchad et de l’Union des radios privées du Tchad dimanche 14 mars 2021 pour faire les points sur les conditions de participation en couverture médiatique de l’élection présidentielle d’avril.


Pour ces organisations faîtières, depuis plusieurs années le fonds d’aide à la presse n’a pas été payé et après trois jours de campagne aucun média n’a bénéficié d’un appui quelconque pour la couverture de ladite campagne. Elles relèvent le rôle important des médias dans la campagne électorale avant d’indiquer que les démarches coopératives et individuelle pour l’éclaircissement sur la situation ont été vaines.


Elles ont relevé aussi que certains médias extérieurs spolient avec la bénédiction de quelques officiels des ressources financières importantes du pays au détriment des médias privés tchadiens. Les médias privés rappellent aussi que dans le cadre de la lutte contre le covid-19, qu’ils ont participé plus de trois mois dans la Lutte contre le covid-19 sans le moindre appui financier. « Aujourd’hui en phase de campagne électorale, la reconnaissance à devoir à ces Médias est reléguée au second rang », martèlent-ils.