Média : 31 journalistes tchadiens outillés en traitement médiatique des élections

0
1045

Après dix jours de formations instance sur le traitement médiatique des élections et renforcement des compétences linguistiques, les 31 journalistes qui ont pris part à la formation ont reçu leurs attestations, cet après-midi à la résidence de l’ambassadeur de France au Tchad.

C’est dans le but de préparer les futures échéances électorales au Tchad que l’Ambassade de France, à initier la formation afin d’outiller les hommes des médias à traitement de manière professionnelle toutes les questions liées aux élections. Les différentes formes de processus électoral ont été abordées pendant la formation. La formation a été un lieu de partage et des échanges d’expériences entre les formateurs et les participants avec des cas pratiques. Comment planifier son agenda rédactionnel pour la couverture des élections, les informations officielles, les différentes sources…sont au tant des thématiques enseignées en plus les exercices pratiques pour le renforcement des compétences linguistiques.

L’ambassadeur de France au Tchad, Bertrand Cochery  souligne que la formation va permettre aux journalistes de faire face à la nouvelle dimension de l’information : « les fausses nouvelles ». « Nous sommes entrés depuis quelques temps dans un monde très difficile pour les journalistes du fait de la propagation des fausses nouvelles, qui complique les tâches mais en même temps rehausse l’exigence du métier du journaliste », explique l’ambassadeur. Pour lui, le cœur du métier du journaliste n’est pas de propager les rumeurs mais de faire un travail critique et de qualité, c’est ce qui atteste la formation. La formation permettra aux participants de cadrer et de doser les informations, de suivre les différentes étapes du processus électoral. C’est pour quoi, Bertrand Cochery  exhorte les journalistes de démultiplier les enseignements reçus aux autres.

Les deux formateurs, Dr Darline Cothière et Jean-Baptiste Perdali ont tous deux reconnu la mobilité et la motivation des journalistes à acquérir des nouvelles connaissances quand bien même ils sont déjà en exercice. Pour eux, la formation a été bien encadrée. « La linguiste que je suis, ravie de repartir à Paris avec des expressions que j’ai apprises ici : « protéger son gombo », « le métier est dans la rue » et « surtout le coup K.O », se réjouit Darline Cothière. « C’est un moment formidable », s’exclame Jean-Baptiste ajoutant que  la formation est un double pari. « Le pari technique et humain ». Tous les participants sont selon lui, volontaires, présents et soucieux de partager et d’échanger entre confrère et consœurs.

« C’est une aventure humaine formidable », « elle nous permettra de couvrir les élections avec beaucoup de professionnalisme », soulignent les participants. Vue l’importance des thématiques, ils ont souhaité que la formation soit continuelle tout en pensant aux autres confrères des provinces. Les recommandations ont été formulées aussi à l’endroit de l’Ambassade de perpétrer la formation sur d’autres thématiques.  

Facebook Comments

Laisser un commentaire