Mali : l’armée malienne entre coup de force et coup d’État !

0
960

L’armée malienne encore sur un coup d’État. Elle a capturé les deux têtes (President et PM) de transition et le ministre de défense, lundi 24 mai après l’annonce du nouveau gouvernement qui ne fait pas l’unanimité.

Finalement c’est le coup de force ou le coup d’État ? Difficile à gérer mais toutefois les voix se sont faites entendre. Ils ont les armes donc ils pensent avoir le pouvoir. En espace de 09 mois, les milices miliens se sont sentis lésé par les civils qui assuraient la transition.

Une fois réussi sur Ibrahim Boubacar Keita, la deuxième fois est un exercice dans la garite. Qui fera face à eux ? Puisse qu’on sait qu’en Afrique la Voix des armes est la puissante. Au Soudan, Burkina Faso, Mali, Tchad et d’autres pays du continent, que veulent les puissances étrangères ? Nul part en occident, Amérique, Asie et autres l’on a cessé de parler de la prise du pouvoir par les armes ? Mais pourquoi l’Afrique, continent des damnés des coups de canon ?

Ces trois personnalités entre les mains de la junte militaire qui a perpétré le coup d’État sur l’ancien président malien, Ibrahim Boubacar Keita (IBK), vont comprendre depuis dans le camp de Kati, à 15km de Bamako que le problème du Mali n’est pas les hommes mais la question d’intérêt étranger qu’il faut protéger.

Cette situation actuelle du Mali, risquerait de faire exploser le climat politique trop tendu entre gouvernement et Union nationale des travailleurs maliens (UNTM) qui a paralysé l’administration publique malienne. Situation qui pourrait faire dire que le gouvernement civil ne peut pas gérer cette crise, donc il faut l’intervention de l’armée pour préserver la paix et la stabilité du pays…

Pas beaucoup d’éléments de comparaison entre les deux cas, mais tout est possible. Et pourtant, les raisons sont ailleurs : écartement des deux membres de la junte militaires du gouvernement au terme du nouveau remaniement du lundi. Et Tutti quanti. Mais la question de fond demeure : que pourra dire l’Union africaine ? Et que va être la position des pays qui ont milité pour la suspension du Tchad de l’UA ?

Avec cette situation, le dossier Tchad serait-il mis en veuilleuse ? Dès lors, c’est le Mali qui fait l’actualité attire l’attention de la diplomatie africaine et mondiale.

Laisser un commentaire