Lutte contre covid-19 : la prudence doit être de rigueur pour les personnes handicapées

0
723

Après les déficients visuels et auditifs, les personnes handicapées physiques du site d’amriguebé ont été sensibilisées sur les mesures barrières contre la maladie à coronavirus. C’est l’œuvre de l’association d’entraide des personnes handicapées physiques au Tchad conduite par son président Mbaïlassem Gérard.


La descente dans les différents centres par l’association conduite par son président Mbaïlassem Gérard vise à amener les personnes handicapées au respect des mesures barrières, les doter des kits et des masques de protection. L’équipe de Gérard a insisté sur l’application des mesures édictées par les plus hautes autorités du pays.


Pour le président de l’association, Gérard Mbaïlassem, « il faut bien connaître son ennemie avant de le battre. C’est pourquoi nous avons décidé entre nous personnes handicapées de se sensibiliser afin de bien mener la lutte contre cette maladie », a-t-il souligné. Pour lui, les personnes handicapées sont les plus vulnérables devant cette pandemie. « Les personnes handicapées doivent être vigilants et respecter les mesures même si d’une manière officieuse l’on n’a pas signalé encore que une personne handicapée est atteinte de covid-19 », a conseillé le président.


Se réjouissant de la présence de l’équipe dirigeante de leur association, les bénéficiaires de cette action se disent comprendre le message et comptent le mettre en application pour barrer la route à coronavirus. Comment utiliser les masques réutilisables, les laver et exposer au soleil ou les repasser avant de les porter, laver régulièrement les mains à l’eau et du savon, ne pas se serrer les mains ni faire des accolades…tels sont les messages livrés à cette vulnerable devant la covid19.


Mbaïlassem Gérard a mis plus l’accent sur la prudence. Selon lui, une personne handicapée à plus besoin d’une aide raison laquelle, elle doit être vigilante pour ne pas contracter cette maladie. Les actions se déroulent un peu partout dans d’autres provinces du Tchad (Sarh, Doba, Moundou…). N’ayant pas de moyen suffisant pour les activités, l’association lancé un appel aux bonnes volontés de venir en aide afin qu’ils puissent se disposer des cache-nez, gel hydroalcoolique, savons, gants…pour la suite de campagne. La prochaine étape c’est sera chez les déficients mentaux à Paris Congo dans le 6e arrondissement.

Facebook Comments

Laisser un commentaire