Lettre ouverte au Président de transition, Président de la République, Chef de l’État, le Général Mahamat Idriss Deby.

0
272

Objet: Interpellation et suggestions concernant la province du Grand Chari-Baguirmi et ses ressortissants.

Monsieur le Président,

Recevez de ma modeste personne des civilités honnêtes que sincères.
En tant que citoyen soucieux et impliqué de la République du Tchad, j’ai l’honneur de solliciter votre attention sur des faits concernant la province du Grand Chari-Baguirmi.

En effet, la province du Grand Chari-Baguirmi contribue activement au développement socioéconomique de notre pays, notamment par des apports agro-pastoraux rendus dynamique par les efforts de ses ressortissants, puis géologique par l’exploitation du pétrole dépuis plus de 10ans dont malheureusement la population n’a encore senti les effets négatifs de ladite exploitation.
En outre, Le Chari-Baguirmi bénéficie de 5% des revenus pétroliers comme le cas des autres provinces productrices, mais la gestion dudit quota pour le développement socioéconomique de la province est scandaleuse, car il s’avère que ce quota enrichit uniquement et seulement les gestionnaires (nous vous avions interpellé auparavant concernant cette gestion).

En plus Monsieur le Président, nous vous signalons que dans les recrutements à la fonction publique, la police, la gendarmerie, garde nomade ou encore militaire, les jeunes ressortissant du Grand Chari-baguirmi sont toujours oublié. Le ressent recrutement à la fonction publique et du corps de la police nationale nous sert de pièce à conviction, qui d’ailleurs est similaire à beaucoup des recrutements du passé dans le service publique.
Pour ceux qui sont déjà aux services de l’État, nous avions quelques uns qui sont dans les différentes entités notamment dans les forces de l’ordre, qui servent loyalement le Tchad depuis tant d’années, mais leurs galons n’avancent guère comme pour les autres qui comptent plusieurs étoiles maintenant, constat écoeurant Monsieur le Président.

Par ailleurs, la population du Chari-Baguirmi qui jusqu’à présent soutient la transition dirigé par votre haute personnalité bienveillante se sent délaissé par le gouvernement, notre jeunesse est à plus de 85% en chômage malgré la politique de l’état en faveur des jeunes, plus de 70% de nos écoles et nos hôpitaux sont fermés par manque des enseignants et des médecins, ne bénéficiant d’aucun projet de développement sanitaire efficace et socioéconomique de Long ou moyen terme en plus mal représenté dans les instances décisionnelles de la République pourtant le Tchad nous appartient tous et ce n’est pas par ce qu’on est pacifique qu’on nous délaisse.

Après analyse de ces difficultés qu’éprouve la jeunesse du Chari-Baguirmi et la mauvaise gestion du comité de revenus pétroliers, Sa situation de pauvreté ne fait que s’accentué de jour en jour, tous les départements sont enclavée bien que la province soit le deuxième producteur de l’or noir du pays, la jeunesse est obligée de prendre son destin en main et non attendre à supplie ces hommes politiques qui ne font que la politique de leur ventre.

Monsieur le Président, le sentiment de mécontentement et d’exaspération gagne de plus en plus le cœur des jeunes du Chari-Baguirmi.

Ayant soulevé ces souffrances qui risqueraient de compromettre la sécurité de l’État, nous sollicitons de votre part une attention particulière pour instaurer l’égalité des chances, la justice et d’inclusion.
Monsieur le président, j’ai l’honneur de faire appel à votre patriotisme pour mettre fin à l’injustice.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma plus haute considération.

Fait le 13/01/2023

Djidda Djibrine Hissein Greinky

Laisser un commentaire Annuler la réponse.