Les professionnels du RAFPRO sont à l’école des bonnes pratiques des ressources humaines à N’Djamena

0
268

Le ministre de l’économie, de la planification du développement et de la coopération internationale, Issa Doubragne a lancé lundi 20 septembre à N’Djamena la formation des gestionnaires des ressources humaines sur la pratique de gestion des ressources humaines: planification et performance. Une rencontre regroupant les représentants du Burkina Faso, Mali, Sénégal, Togo, Niger et le Tchad sous l’initiative du réseau africain des institutions et fonds de formation professionnelle (RAFPRO).

Après huit (08) ans de l’assemblée générale du RAFPRO, le Tchad est à l’honneur d’organiser du 20 au 24 septembre sur sa terre la formation sur les pratiques de gestion des ressources humaines. A travers cette formation, les professionnels des ressources humaines vont renforcer leurs compétences afin d’être sur le standards internationaux en matière de pilotage des ressources humaines pour contribuer à favoriser un plan de carrière pour les personnels; améliorer la qualité des prestations de la fonction des ressources humaines.

Le Rafpro se veut un résultat qui favorise la mise en œuvre des RH. C’est pourquoi à l’issue de la formation il se disposera de traitement des dossiers du personnel des ,institutions et fonds, l’élaboration des plans de carrière des ressources humaines des institutions et fonds et un plan de PPEC. Le Directeur général du fonds d’appui à la formation professionnel, Hamid Yamouda Djorbo a indiqué la rencontre est un creuset d’échanges avec tous les gestionnaires des ressources humaines des pays membres du Rafpro dans la mise en œuvre des stratégies et politique d’inclusion de formation.

En ce troisième millénaire, les pays de africains font face aux défis du développement durable surtout dans les domaines d’industries et technologiques qui affectent fortement la compétitivité des entreprises dépendante de la qualité et de la quantité des ressources humaines mobilisables et mobilisées. Pour le ministre de l’économie tchadiennes, Issa Doubragne pour relever ces défis, l’Afrique qui dispose d’énorme ressources naturelles, est contrainte au développement et à la valorisation des ressources humaines pour satisfaire à l’exigence de performance et de compétitivité. Ce qui exige selon le ministre une réadaptation continuelle des qualifications.

Selon le ministre malgré les opportunités de formation accordées les entreprises tchadiennes sont restées très faible. « Seules 11,3% des entreprises offrent des formations à une partie de leurs employés. Un taux qui inférieur aux taux pratiqués dans les pays de référence tels que l’Afrique du Sud, la Corée du Sud, la Malaisie et la Tunisie ainsi que certains pays de la CEDEAO et de l’OCDE.

Il faut noter que créer en septembre 2006 à Cotonou, le Réseau africain des institutions de fonds de formation professionnelles (RAFPRO) est un cadre de concertation périodique entre les ses membres en vue des échanges d’expériences, de connaissances et de bonnes pratiques. Le réseau compte aujourd’hui dix (10) pays à savoir, la Cote d’Ivoire, le Tchad, le Bénin, le Burkina Faso, le Sénégal, le Mali, le Togo, la Guinée, le Niger, la RCA et le Congo Brazzaville.

Depuis sa création le réseau s’est fixé comme objectifs d’encourager les États et décideurs des payes membres à octroyer aux fonds nationaux la totalité des taxes prélevées en faveur de la formation; lancer les initiatives visant à identifier, améliorer qualitativement la formation et la rendre plus réactive aux besoins du marché du travail; faire la preuve qu’il est possible de faciliter l’insertion professionnelle de toutes les catégories de populations et initier l’harmonisation de la reconnaissance des qualifications, quelques soit le pays dans lequel elles ont été acquises.

Laisser un commentaire