Les anciennes femmes ministres africaines en route pour le développement de l’Afrique

0
847

Une organisation des femmes anciennes ministres africaines dénommée « La Dynamique » est mise en place à travers le continent afin de promouvoir le développement de la femme. Elle vise à faire un suivi rigoureux des décisions qui entraveraient ou impacteraient positivement le développement des Etats Africains. Après le Benin, Togo, le Niger, le Burkina Faso, la Coordonnatrice de la Dynamique, Christine Gbedji Vyaho séjourne au Tchad pour demander l’appui des autorités tchadiennes à mettre sur pieds la section du Tchad.

C’est dans le but d’améliorer la gouvernance, aider à encadrer ou influencer chaque décision des Chefs d’Etats africains, favoriser l’échange des idées sur l’augmentation de la participation des femmes dans le processus de prise de décision et dans le développement national, jouer le rôle de médiation dans les Etats africains qu’est née l’idée de la mise sur pieds de la « Dynamique des anciennes femmes ministres et leaders africaines ».

Arrivée au Tchad dans le but de mettre sur pieds cette organisation des anciennes ministres au niveau local, Christine Gbedji Vyaho l’initiatrice a indiqué que l’organisation va s’investir aux côtés des Chefs d’Etats africains à prendre des décisions en faveur de la population en général et en particulier les femmes. « Nous avons mis l’accent sur les femmes anciennes ministres tout simplement, parce qu’elles ont participé à la gestion de nos Etats », explique Christine.

Pour elle, les anciennes ministres africaines ont capitalisé des expériences dans la gestion des choses publiques mais elles se retrouvent dans les salons avec toutes leurs expériences pourtant elles ont servi derrière les grands hommes d’Etat. Certaines se retrouvent à la maison comme des ménagères ou gardiennes des enfants, décrie-t-elle. « Quand les femmes prennent des responsabilités, cela améliore la stabilité et la participation démocratique d’une nation », souligne-t-elle.

La Dynamique se veut un cadre de solidarité et d’échanges entre les femmes anciennes ministres afin d’amener les gouvernants africains à prendre des décisions bénéfiques à chaque couche des populations africaines, promouvoir l’entraide et l’enrichissement professionnel commun des femmes gage de développement de tous les domaines, collaborer étroitement avec les Chefs d’Etat   afin de mieux les orienter sur les impacts que provoqueraient la mal gouvernance, jouer un rôle d’alerte et de réflexion sur les mesures en faveur de la parité…

L’organisation se donne aussi comme mission d’appuyer la société civile dans les différentes activités de formation, de sensibilisation des différents acteurs et de plaidoyer pour une meilleure participation de la femme à la vie politique, lutter contre toutes formes de discrimination fondée sur le genre. Pour que l’organisation soit dynamique comme indique son nom, Christine appelle toutes les femmes anciennes ministres de s’approprier cette initiative.

« Je les exhorte à ne pas rester à la maison mais de venir partager leurs expériences avec la Dynamique afin  que la femme soit utile pour le développement de l’Afrique », lance-t-elle avant d’ajouter que la Dynamique sera installer dans chaque pays et il y aura cinq centre à savoir l’Afrique de l’Ouest et de l’Est, Nord et Sud et le Centre.

Facebook Comments

Laisser un commentaire