L’accusation du Tchad en RCA, l’UNDR invite le gouvernement à aller au-delà du démenti

0
394

Face aux accusations du Tchad dans le conflit armé en Centrafrique, l’Union nationale pour le développement et le renouveau ((UNDR) invite le gouvernement Tchadien à aller au delà du démenti en procédant avec la collaboration aux autorités centrafricained à l’identification de certains militaires et combattants tchadiens qui seraient fournis pour appuyer les rebelles et en même temps rappeler à l’ordre certains de nos responsables qui se mêlent d’un conflit interne à un pays.

Pour l’UNDR, il y a deux ans, les tchadiens ont été arrêtés en Guinée équatoriale pour le même mobile, renversé le président Theodoro Obiang Nguéma. Selon le document, les informations désignent clairement le Tchad comme principal acteur dans cette ingérence avec des complicités présumées au sein de l’armée tchadienne.  » Des noms et faits des responsables Tchadiens connus qui s’en seraient mêlés ont même été cités.


L’UNDR de rappeler qu’en 2003, c’est l’armée tchadienne qui a exécuté le coup d’État qui a chassé le président Patassé pour installer au pouvoir un certain Bozizé. L’histoire se répète-t-elle? S’interroge le parti de Saleh Kebzabo en ajoutant que cela avait mis en insécurité les paissibles tchadiens vivant en RCA.


« Il est déplorable que pour le soucis de se maintenir au pouvoir, le régime actuel au Tchad joue le jeu des Grandes puissances qui se rivalisent en Afrique pour leurs propres intérêts au détriment de ceux de la population », rapporte le communiqué. Le texte de poursuivre qu’en agissant ainsi, le Tchad expose une fois de plus ses nombreux ressortissants résidants en Centrafrique et se met en conflit avec son voisin du Sud avec qui il entretient de relations sécuritaires. « Ce qui posera un problème par ricochet pour notre pays », s’inquiète-t-il.

Facebook Comments

Laisser un commentaire