Idriss Deby Itno : le combat contre la COVID-19 doit être serein et sans panique

0
1367

Le dimanche 24 mai à la présentation des voeux des membres du conseil des affaires islamiques au président Deby au palise rose, Deby a menacé de rétablir toutes les mesures en cas de l’indiscipline de la population avant d’appeler les leaders religieux à plus des responsabilités.


Dès l’entame de son adresse, le président Deby a fait comprendre aux ledear religieux que la fermeture des lieux de culte et les mesures de distanciation sociale en particulier ont pesé durant cette période de piété et de partage avant de leur dire que le combat contre la COVID-19 n’est pas terminé. « Le virus est parmi nous et continue de circuler. Malheureusement, ce virus est parti pour perturber durablement la quiétude des populations à travers le monde », a-t-il dit.


« Nous devons, individuellement et collectivement, redoubler de vigilance, de détermination et de discipline pour parvenir à l’éradication de ce mal malicieux. Dans ce combat, les hommes de Dieu que vous êtes, avec vos confrères des confessions sœurs, vous avez un grand rôle à jouer dans la conscientisation de nos concitoyens », poursuit le président avant de dire aux oulémas qu’ensemble, ils doivent convaincre les autres tchadiens qu’il n’y a point de salut contre le Coronavirus sans le respect des gestes barrières et des mesures de distanciation sociale décidés par le Gouvernement avec l’aide des scientifiques.


Le président a insisté sur l’attitude individuelle de chaque Tchadienne et de chaque Tchadien qui doit restée déterminante pour la protection de la collectivité. C’est pourquoi, il a souligné que le combat doit être mené dans la sérénité et le sang-froid, c’est-à-dire sans panique, sans psychose et sans stigmatisation des malades. « Ce combat contre cette pandémie, nous allons le gagner par la grâce de Dieu, Nous allons le gagner car nous sommes un peuple résiliant qui sait affronter et surmonter les épreuves », rassure-t-il.


Étant la tête de lutte contre la COVID-19,le président a indiqué que la responsabilité dans cette lutte est de limiter les ravages du coronavirus sans sacrifier outre-mesure des libertés fondamentales et les nécessités vitales sur le plan économique et social. « C’est dans cette optique que nous avons fait le choix d’adapter en permanence notre approche stratégique de gestion de la crise sanitaire. C’est en conservant ce compromis entre l’impératif sanitaire et les contraintes de la vie socioéconomique de notre pays que nous sortirons vainqueur de cette situation endémique », a-t-il souligné.

Laisser un commentaire