Entrepreunariat : les cartons qui salissent la ville de N’Djamena servent à fabriquer des sacs à main

0
1032


Pendant les vacances, les élèves se livrent aux différentes activités. Certains deviennent vendeurs ambulants, d’autres vendeurs fixes, d’autres encore font de cours d’été. Dans le los, il y a certains qui font la formation en musique, en cuisine, et en apprentissage de petits métiers… Tout ceci, c’est pour ne pas laisser les vacances passées inutilement.

Les apparents en conception des sacs à main.


A l’église baptiste de Gassi dans le 7em arrondissement de N’Djamena, certains élèves étaient formées pendant 3 jours en fabrication de sacs à main, de boucles d’oreilles, chaussures et portefeuilles à base de cartons. Comme le chimiste Lavoisier a dit : rien ne se crée, rien ne se perd mais tout se transforme ». Les cartons jetés ça et là servent à fabriquer de sacs et chaussures très jolis et durables.


Selon la formatrice Minaïn, c’est tout une mathématique. Car il suffit de ramasser les cartons bien durs. Les tailler à la dimension vouulue. respecter les dimensions de sac que l’on veut fabriquer, c’est éviter de perte des matières d’oeuvres.

Minaïn dit que les matériels nécessaires pour la fabrication sont un ciseau, de cartons, de colle bostique, les boutons à cale, pinceau et le tissu ou pagne, a-t-elle indiqué.

Un produit fini des apprenants à la formation enpreneirial


Les apprenantes disent qu’elles sont satisfaites de la formation. Puisqu’elles ont gagné une connaissance de plus pendant les vacances. La formation est ouverte à tous, mais les élèves étaient majoritaires. Les sacs et chaussures fabriqués se vendent à 3500f, renseigne les apprenantes.


Yorhein Ongsi Aristide

Laisser un commentaire Annuler la réponse.