Élection présidentielle : un écho dans les provinces

0
198

Comme les autres scrutins depuis 1996, le Tchad a observé une éléction toute particulière ce dimanche 11 avril 2021 sur toute l’étendue du territoire national. Quelques nouvelles des provinces nous en disent mieux.

A 17 heures, 18 heures, 19 heures d’une province à une autre, le dépouillement est fait de différentes manières. D’autres avec des lampes torches, certains sous la lumière du jour et quelques rares sous la lumière de la SNE.

Dans le centre d’Ambassatna Carré 5 dans le 3e arrondissement de N’Djamena où sont logés dix bureaux de vote, les agents de vote se sont servis de la lumière des lampes-torches en présence des représentants du Mouvement patriotique du salut et de quelques passants.

De Boutalbagar à Koundoul en passant par Moursal, Farcha Ethiopie, Diguel, quartier Repos, Walia le constat reste le meme. Les bureaux de vote ont été ouverts lentement et avec une heure et une heure et demie de retard. De fois sans kits ou kits incomplet. Les électeurs sont arrivés au compte-gouttes à partir de 8 heures et 9 heures.

A Mandelia, Djermaya, Massaguet, Kim dans la province du Mayo-Kebbi Est, Pala, où nos reporters se sont rendus, les insuffisances et les manquements sont les mêmes. Un appel à Sarh, Chef lieu de la province du Moyen-Chari, à Abéché dans le Ouaddaï, Massakory, Hadjer-Lamis, Ennedi-Est, Salamat l’engouement est semblable. Quelques présences dans la matinée mais aux environs 12 heures les bureaux sont déserts.

A Abéché, par exemple les marchés sont fermés à cause du vote mais la population n’est pas sortie massivement pour voter. Selon une source sur place, le seul centre de vote qui a pu enregistrer un grand nombre des lecteurs, est celui du marché Torodona qui a connu une affluence dans la matinée mais dans l’après midi, il n’y a rien pratiquement.

Même décor à Mongo dans le Guera, seul le Centre du marché reste mouvementé. Même constat à Sarh mais rien n’a convaincu la population à voter. Dans cette ville, la population a vaguée normalement à ses occupations sans tenir compte de vote, seul le grand marché est fermé, rapporte un confrère sur place.

Moundou, la capitale économique du Tchad, pas d’ambiance. La ville était calme. les rues étaient désertes, les agents dans les centres de vote ont gratté la tête toute la journée priant la fin de l’heure. Un confrère contacté affirme que même les militants du MPS certains ont observé le silence. Par exemple les bureaux de vote de 200 électeurs ont reçu moins 40 électeurs jusqu’à la fin de la journée.

En attendant les résultats des urnes, beaucoup des observateurs pensent que les élections ne sont pas libres. La présence des forces de l’ordre et de sécurité en prouve.

Facebook Comments

Laisser un commentaire