Éducation : l’étudiant Hassan_MASSING fut tombé le 09 Mars 2015 au parking

0
385

Après six ans (06) des évènements douloureux du 15 mars 2015 au campus universitaire d’ardepdjoumal qui ont emporté la vie de l’étudiant Hassane Massing, un témoin oculaire revient sur les faits.

L’intégralité

Drame ! Drame! Drame!
Lundi 09 mars 2015 une journée qui avait provoqué d’énormes sentiments divers dans nos jeunes coeurs d’étudiants fils de pauvres voulant étudier au pays malgré les calamités estudiantine dans ce pays bas monde que nous aimons tant!


Quittant nos quartier dans l’esprit de regagner nos Amphi pour les cours, nous ne savions pas qu’un cours de sport improvisé allait se tenir ce jour. Imprudent que nous étions, nous nous rendîmes sans nos tenues de sport!


A la descente de notre bus de Farcha de matricule AP 3608 B conduit par papa ISSA, nous faisions face a une légion d’étudiants qui accouraient vers nous Le footing a commencé derrière le mur de l’ENS et de l’INJS sans oublier celui Félix Eboué, personne ne tenait compte de son habillement ni de son maquillage. C’est ce jour que j’ai compris que le filles font trop de semblant séducteur au Lycée durant les cours d’EPS. En réalité, Kaltouma Nadjinan est le symbole de vitesse des étudiantes face à lacrymogène.


Derrière nous, une balle a retentit la tête de #Hassan_Massing fut explosée en éclat. La BU(bibliothèque universitaire) s’était transformée en un foure crématoire les gaz lacrymogènes lancés à travers les fenêtres faisaient tomber les étudiants comme des mouches sous l’effet de Sintox (insecticide). Le terrain d’hippodrome grace au trou dans ses mur ont servi d’échappatoire aux braves athlètes qui oublièrent leurs chaussures et cartables. D’autres ont fuit à pied oubliant leurs motos.


NOTRE HERO, LE GENERAL #Hassan_MASSING fut tombé, c’était le « sauve qui peut ».
Le comble de tout est qu’un Bus sur le point de départ avec plein d’étudiants s’est vu arroser des balles réelles qui l’ont mis à feu heureusement que les rescapés se sont tenus les mains les uns des autres pour faire sortir du Bus en flamme ceux d’eux qui étaient asphyxiés.


Certains de nous pris par la panique n’arrivaient plus à courir, ils rampaient à quatre (4) pattes.

Crédit photo
Témoin oculaire #DJOINGUÉ_Christian

Facebook Comments

Laisser un commentaire