Éducation : le délabrement du système éducatif tchadien, préoccupe GASSOR

0
1095

Les membres du groupe d’actions pour la solidarité sociale et le rassemblement (GASSOR) ont passé au cribles les maux qui minent le système éducatif tchadien. C’était le jeudi 01 juillet 2021 dans un centre de formation technique à Abena dans le 7e arrondissement. C’est une initiative du groupement d’action pour la solidarité sociale et le rassemblement (GASSOR) affiliée à l’association de la communauté daye du Tchad (ACD).


Initié par GASSOR, l’objectif de cette formation est d’amener les enseignants à comprendre les difficultés que rencontrent le système éducatif tchadien. Proposer de pistes de solution, faire savoir aux enseignants et administrateurs les rôles qu’ils doivent jouer. Passer de temps d’échanges sur les expériences avec les professionnels de l’enseignement, a indiqué le responsable de Gassor, Monsieur Bou-ah.


Selon Dieudonné Koullo, Inspecteur à l’éducation, aucun tchadien ne pourrait dire que l’école tchadienne est sur la bonne voie. Les causes de baisse de niveaux viennent de très loin. Le gouvernement qui édicte le système éducatif a tout politisé et voilà que tout ne va pas bien. Il a dit qu’il ne sert à rien de parler de réforme éducative. Car, le pays renferme beaucoup de compétences qui sont à la maison. Sur le terrain, beaucoup sont les incompétents qui étouffent les milieux éducatifs, a -t-il expliqué.


Dieudonné a fait comprendre à l’assistance qu’il y a deux éléments essentiels qui sont liés pour donner la valeur à l’école. Il s’agit d’enseigner et d’éduquer. Car pour Koullo l’école tchadienne se base sur enseigner et oublie l’éducation. Or enseigner c’est transmettre les connaissances et éduquer c’est transmettre les valeurs. Un troisième élément qui s’ajoute c’est former, mais c’est plus tard. Si aujourd’hui les élèves ne se comprennent pas, c’est parcequ’il leur manque les valeurs. Car dit -il qu’un bon élève est celui là qui a de connaissances et de valeurs.


Le doyen à l’éducation, Dieudonné a relevé les causes de quelques délabrements du système éducatif comme les nominations du personnel d’encadrement et les chefs d’établissement sur les bases subjectives, le recrutement clientéliste des enseignants, le recrutement de certains élèves faits sur les pressions de certains parents, les sous- équipement des écoles, certains enseignants de qualité douteuse, tout ceci freine le système éducatif tchadien.


Pour remédier à ces problématiques, l’inspecteur a proposé aux responsables de l’enseignement de faire un travail technique de réforme à l’ordre, supprimer l’esprit de laisser-aller, ne pas détourner les biens destinés à l’éducation. Les enseignants doivent préparer leur cours, avant de les dispenser. Il y a certes de réformes à faire, mais la priorité est d’assurer aux écoles un fonctionnement régulier en corrigeant les déficiences.


Il a été constaté que les écoles tchadiennes n’ont pas de projets éducatifs. Alors que ce qui fait grandir une Nation c’est la reconnaissance des valeurs éducatives. Cette formation entre dans la vision du GASSOR pour la création d’un complexe scolaire.

Yorhein Ongsi Aristide

Laisser un commentaire Annuler la réponse.