Education: La BID et le ministère de l’éducation évaluent deux projets éducatifs

0
994

Le Secrétaire d’Etat à l’Economie et à la planification, Hissein Tahir Souguimi a lancé ce matin 18 novembre à l’hôtel Radisson Blu de N’Djamena la revue à mi-parcours des projets financés par la Banque Islamique de développement (BID) dans le secteur de l’éducation.

Ce sont les Projets de Développement de l’Enseignement Bilingue au premier cycle du secondaire (PRODEB_II) et le projet d’alphabétisation et d’apprentissage des métiers pour la lutte contre la pauvreté (PALAM). Ces projets visent l’amélioration de la qualité et de l’accès à l’éducation et l’application intégrale du bilinguisme au Tchad.

Financés à hauteur de 31,7 milliards de francs CFA, ces deux projets sont dédiés, selon le Coordonnateur du PALAM, Me Saleh Youssouf Abdelmaman à contribuer à la valorisation des ressources humaines en assurant aux populations une éducation de qualité bilingue, un meilleur accès aux services sociaux de base, à la protection sociale et au marché de l’emploi pour la réduction de la pauvreté.

Le Ministre de l’éducation Aboubacar Assick Tchoroma, d’après lui, un temps soit peu, son département apprécie positivement les efforts déployés par les différents acteurs impliqués dans ces projets pour l’amélioration de l’accès et la qualité de l’éducation au Tchad. Comme vous le savez dit-il, « le projet de développement de l’enseignement bilingue et le projet d’alphabétisation et d’apprentissage des métiers s’inscrivent en droite ligne dans la politique de son excellence le président de la République monsieur Idriss Début Itno qu’il faut le rappeler, fait de l’application du bilinguisme, de l’autonomisation des femmes et de l’insertion des jeunes dans la vie socio-professionnelle ses priorités…”, soutient-il avant de demander l’indulgence des participants sur les manquements qu’ils auront a constaté dans le déroulement de cette revue.

Le Représentant de la BID, Al-Houssaine Bah a quant à lui, souligné l’importance de la revue qui est d’évaluer la mise en œuvre de ces deux projets afin de se rassurer que les objectifs qui lui sont assignés dans les cadres logiques au début sont atteints et voir si ces objectifs sont capitalisés. “Il est temps, après quelques années de revoir si les objectifs fixés sont atteignables, ou en sommes-nous aujourd’hui ? », a-t-il lancé. Al-Houssaine Bah a indiqué que l’objectif de la BID est d’accompagner et encourager les pays à achever les projets dans les délais fixés.

Au cours de cette revue à mi-parcours de quatre jours, les participants auront à se pencher sur l’évaluation des activités de ces deux projets qui prendront fin d’ici septembre 2020 et de proposer des pistes des solutions aux contraintes actuelles et prévisibles, susceptibles d’entraver l’exécution des projets et réajuster en conséquence les mécanismes de gestion durant le reste du temps.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici