Éducation/congés de Pâques : chaque établissement gère de sa manière

0
99

Comme coutume dans le système éducatif Tchadien, au mois d’avril les élèves partent en congés de Pâques, mais ces dernières années les choses deviennent compliquer a causer des grèves répétitives des enseignants.

Les congés scolaires sont bels et bien inscrits dans le chronogramme scolaire de chaque année par le ministère de l’éducation nationale et de la promotion civique. L’on note les congés de Noël, congés de Pâques et les grandes vacances. Ces congés sont définis après un programme de trois mois ou un trimestre validés par les évaluations.

Ces congés sont observés dans tous les établissements d’enseignement primaire, secondaire, moyens, professionnel et supérieur et au même moment. Mais de nos jours vu le nombre de grèves des enseignants répétitif, le système a changé. Les jours de congés ne sont plus respectés. Ce qui a changé même le rythme de déroulement des activités d’apprentissage.

Selon les enseignants, donner les congés aux élèves n’est pas un plaisir mais c’est la pédagogie qui exige après trois mois sommatifs de cours suivis des évaluations il faut laisser les enfants se reposer et reprendre après une semaine. « Car le cerveau a besoin du repos », a expliqué un enseignant du cours secondaire.

Cependant avec les perturbations des cours dans les privés comme publics, certains responsables ont décidé de continuer les cours pendant cette période de congés Pâques. Car ils sont en retard dans leur programme, justifient-ils. C’est le cas du lycée de Gass dans le 7e arrondissement de N’Djamena. Certains écoles privées qui ont les enseignants de l’Etat dites conventionnées récupèrent les heures perdues et d’autres observent les congés.

Pendant ces congés, certains élèves profitent pour se reposer, d’autres effectuent de déplacement pour visiter leurs parents, d’autres encore se livrent à la vente embillatoire. Sur le plan religieux, il y a cettaines églises qui organisent le baptême, des activités ludiques…

Vu ces disfonctionnements ces dernières années dans le système éducatif tchadien où les scénarii ça et là, les pédagogiques sont interpelés à repanser le déficit dans le chronogramme des activités.

Yorhein Ongsi Aristide

Facebook Comments

Laisser un commentaire