Éducation-BEF: les armes dans le centre des épreuves orales du BEF au CEG de Sabangali

0
344


Les épreuves orales du brevet de l’enseignement fondamental (BEF) ont été perturbées ce matin au CEG de Sabangali dans le 3e arrondissement de N’Djamena.

Le président du Centre Obama, Ngueadoumadji Donoadngar a suspendu les épreuves orales ce 13 juillet. Quelques candidats d’autres centres sont entrés au centre avec les armes à feu. Pour n’est pas laisser perturber le déroulement des épreuves le président a suspendu les épreuves pour reprendre demain 14 juillet.

Depuis lundi 12 juillet, plus de 34 000 candidats passent les épreuves orales avant les épreuves écrites. Les organisateurs doigtent quelques difficultés dès le lancement des épreuves orales. Selon eux, les difficultés rencontrées dans presque tous les centres, sont dues aux cartes d’accès dans les salles d’examen des candidats libres.

Donoasnguar relève que la direction des examens devrait donner des cartes d’accès aux candidats libres, ce qui n’est pas fait. Ces candidats sont obligés d’utiliser leurd cartes de classe antérieure. Il y a également de cas d’omission, mais qui est déjà résolu, a précisé Donoasnguar.

epreuves orales BEF juillet 2021 centre obama Sabangali ph/Tachadcom


Selon le président du centre du collège Obama de sambangali dans le 3 em arrondissement de N’Djamena, Ngueadoumadji Donoasnguar, tout se passe bien dans son centre. Sauf, le lancement retardé par les organisateurs qui ont alourdi le travail, a-t-il informé.


Par manque de moyens financiers, ledit centre n’a pas fait appel aux forces de l’ordre, pour assurer la sécurité. Quelques élèves d’autres centres ont pénétré le centre de l’école Obama avec arme. Lorsqu’on les a surpris, le Président a dû suspendre la séance d’aujourd’hui de peur d’enregistrer le pire, renseigne un examinateur.


Selon Soufalbo Alain, enseignant de svt qui a pris les candidats en oral de mathématiques de soucie de niveau de ces élèves dans cette discipline. « Certains élèves ne connaissent pas faire la factorisation, ni les développements, résoudre les équations », s’est-il lamenté tout en indiquant que tout va dans l’ensemble mieux.


Pour certains élèves, les épreuves orales de mathématiques sont trop dures. « La factorisation est notre bête noire », lance une candidate à la sortie de l’orale. « On n’arrivent pas à factoriser, mais on s’en sorte avec d’autres matières », ajoute-t-elle.


Yorhein Ongsi Aristide

Facebook Comments

Laisser un commentaire