Editorial : La Russie à l’épreuve

0
135

La Centrafrique de Christian Archange Touadera, le Tchad d’Idriss Déby, le Mali de Ibrahim Boubacar Keita se sont tournés vers la Russie en lançant des appels pressants de coopération. En organisant ce sommet Russie-Afrique, l’on a compris que la Russie est en train de préparer le terrain, en devenant ainsi un allié et un ami sûr pour l’Afrique. C’est un message fort que Poutine envoie aux autres pays qui ont colonisé l’Afrique.

Pour la première fois, certains présidents africains semblent bien décidés à entrer dans un autre jeu politique et tourner le dos à la politique française en s’invitant ouvertement a lancé des appels pour la coopération et d’aide militaire voire même signé des accords avec la grande Russie de Vladimir Poutine. C’est un premier test réussi pour Poutine.

Décidemment, ces appels constituent déjà une victoire pour la Russie devant conduire à assoir son hégémonie sur tous les plans.

Est-ce que, cette rencontre Russie-Afrique n’est-elle pas une politique pour mettre la France du jeune Macron sur le grill ? Est-ce, l’amitié qui se lie entre la Russie et l’Afrique n’est pas une urgence d’une nouvelle économie moins dépendante ? De ce premier sommet marqué par des discours alléchants pas sauf pour Déby mais pour d’autres présidents à l’exemple de Ibrahim Boubacar Keita alias IBK. « Puisque la Russie, c’est notre ancien ami…, nous nous retournons vers la Russie pour demander cette relation […], pour renforcer l’intervention militaire au sol et dans les airs et surtout dans l’enseignement », a-t-il déclaré lors du 1er Sommet Russie-Afrique de Sotchi.

Déby, après avoir lancé un appel pour solliciter le soutien diplomatique et militaire de la Russie pour le compte du G5 Sahel a, à son tour accentué son discours au 1er sommet Russie-Afrique « Ce premier sommet Russie-Afrique, constitue donc une grande opportunité pour relancer une coopération, déjà établie de longue date, au socle bien solide, afin de l’adapter au contexte et défis actuels du monde », a-t-il apprécié avant d’exprimer ouvertement son alliance avec le pays de Vladimir Poutine. « Dans cette perspective, je voudrais, d’ores et déjà, exprimer l’intérêt que porte mon pays à toute forme de coopération bilatérale avec la Russie, dans tous les domaines ».

A en croire les discours de Déby et de IBK lors de ce sommet, l’avenir de l’Afrique est désormais orienté vers la Russie.

Mais, dans ces pays marqués par des guerres (coup d’état, terrorisme…) et toujours rempli en termes d’urgences et d’insécurité galopante est-ce que la corruption, le pillage et le gaspillage seront-elles rigoureusement combattue pour faire place à la construction et au développement ? On espère que la question est trop tôt posée mais, elle reste néanmoins dans la négation tant qu’un certain changement ne s’y opère politiquement ou économiquement.

Par Djimnayel Ngarlenan

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici