Economie : la CEMAC engage la résilience face aux crises liées à la Covid-19 et à la baisse des cours du pétrole

0
374

La capitale économique du Cameroun, Douala, a accueilli à l’agence de la BEAC, la 14ème session extraordinaire du Conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC), le mardi 10 août 2021.

Les ministres ont évalué la situation macroéconomique dans la zone CEMAC en contexte de pandémie du covid-19 et analyser les mesures de redressement. Le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire du Cameroun, Alamine Ousmane Mey, a présidé les travaux en présence du président de la Commission de la CEMAC, Pr Daniel Ona Ondo.


Ces assises qui précèden le sommet des chefs d’Etats prévu pour le 18 août prochain s’est appesanti sur les réformes de la communauté mise en œuvre par le Comité de pilotage du programme des réformes économiques et financières de la Cémac (PREF-CEMAC).

14e session ordinaire du conseil des ministres de l’UEAC

L’examen a montré que de 2017-2021, il y a eu l’élargissement de l’assiette fiscale, l’amélioration de la qualité de la dépense publique des Etats, la reconstitution du niveau des réserves de change, l’organisation réussie d’une table ronde en novembre 2020 à Paris pour la mobilisation des financements des projets intégrateurs. Sauf qu’à partir de 2020, les crises liées à la covid-19 et la chute des cours du pétrole ont surgi et ont impacté les équilibres fragiles des pays de la zone CEMAC.


Les mesures urgentes sont adoptées par ce Conseil extraordinaire des ministres afin que les objectifs fixés par les chefs d’Etat soient efficacement atteints. Le taux de croissance économique moyen en termes réels de 5 % à l’horizon 2025, un fort redressement des comptes extérieurs avec une balance commerciale positive, un système financier plus résilient, des réformes structurelles vigoureuses qui donnent une place importante au développement du secteur privé et une intégration régionale renforcée en termes d’échanges de biens et services et de libre circulation des personnes, sont entre autres les défis à relever dans la sous-région.

Président de la commission CEmAC, pr Daniel Ona Ondo


Le président de la Commission de la CEMAC, Pr Daniel ONA ONDO, a exhorté les Etats à travailler davantage pour respecter les engagements et favoriser le financement des projets intégrateurs par les partenaires, conformément à la table ronde de Paris. Sur la nécessité de la mise en œuvre des réformes structurelles dans le cadre des programmes de deuxième génération avec le FMI.

Président du conseil des ministres de l’UEAC

Le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire du Cameroun, Alamine Ousmane Mey, par ailleurs président du Conseil des ministres, a exhorté qu’au «moment où nos pays ont engagé les négociations pour des programmes de deuxième génération avec le Fonds monétaire international, les objectifs de transformation structurelle de nos économies doivent être au cœur de nos préoccupations. D’abord assurer une réponse adéquate à la pandémie du Covid-19 et ensuite reconstituer nos économies sur les modèles appropriés, résilients et porteurs de croissance et d’emplois ».

Laisser un commentaire