Dossier Habré, après 05 ans des verdicts, rien ne bouge

0
194

Les avocats des victimes de crimes du régime de l’ancien président dictateur, Hissein Habré ont animé une conférence de presse, mardi 04 février à N’Djamena sur la non exécution des décisions de la justice après l’obtention du procès Hissein Habré il y a de cela cinq ans.

Placée sous le thème : « Affaire Hissein Habré, la non exécution des réparations dues aux victimes est une violation », la conférence a donné lieu aux différents avocats, hommes politiques, société civile, hommes des média de se pencher sur cette affaire. Un panel constitué des avocats nationaux et internationaux se sont relayés pour dire aux victimes et l’assistance les blocus dans les processus des réparations, les en-dessous judiciaires de la justice tchadienne et celle de Dakar.   

La justice tchadienne a  condamné le gouvernement du Tchad, a réparé ces dernières à un montant de 75 milliards de francs CFA, en mars 2015. Il est également question de construire une piscine, de transformer la résidence de l’ancien président Hissein Habré en musée aux victimes, mais rien a été fait du côté de gouvernement, a expliqué Me Kemneloum Delphine

Me Jacqueline Moudeina de dire que plusieurs correspondances ont été adressées à l’État tchadien, mais elles sont restées mortes. Un silence que le gouvernement a expliqué par la crise financière que traverse le pays. Mot, que les victimes et leurs avocats ne veulent entendre de leurs oreilles. Les avocats ont qualifié cette non exécution de la décision comme un manque de volonté. « IL est à noter que plus de 40 000 personnes ont été tuées avant les procès. Après le jugement les victimes meurent sans toutes fois entrer dans leur droit », a déploré Me Jacqueline.

Pour avocat Reed, c’est anormal qu’une décision judiciaire encore de crimes contre l’humanité dure plus de 5 ans. « Mais comme ils ont lutté jusqu’à ce que HH soit jugé, qu’ils persévèrent dans la lutte également pour la  réparation car c’est leur droit », a-t-il souligné. Dans ce mélimélo, l’État tchadien veut mélanger les deux procès (deux décisions). Un pas jugé très anormal par les panélistes. La décision de N’Djamena condamne l’Etat tchadien à verser 75 milliards de Francs CFA et celle de Dakar a condamné Habré à dédommager les victimes à 82 milliards de francs CFA. Il n’est pas question de jumeler ces deux décisions de justices, renchérit les panelistes. 

Courage aux Victimes

Dans le rang des avocats, Me Brody Reed Kalman, avocat au barreau d’Amérique, a encouragé les victimes à tenir ferme dans leur lutte jusqu’à obtenir leur droit. Me Bauthier George Henri avocat au barreau de Bruxelles quant à lui, demande au président de la République du Tchad d’exécuter la  décision de la justice. Il a informé aux victimes que cette lutte sera observée jusqu’à obtenir gain de cause.

Masra Succès, président du parti Les Transformateurs s’est versé lui aussi  à encourager les victimes de leur détermination dans la lutte. Il leur a conseillé de bannir la haine, le tribalisme, dans cette affaire car dit-il tout le peuple tchadien a souffert sous régime de HH et continue encore à souffrir mais que cela prendra fin un jour. Succès a exhorté les victimes à considérer la politique, la justice et le pardon dans leur lutte.   

Quelques victimes ont exprimé leur mécontentement du au retard de leur indemnisation.  La veuve Mongnara, s’est lamentée de la souffrance qu’elle vit depuis ce temps de lutte. Pour elle, les enfants des victimes ont de diplômes mais qui ne les servent pas, les retraités ne perçoivent pas leurs pensions comme il le faut, ce qui augmente de plus les douleurs des victimes. 

Yorhein Ongsi Aristide   

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici