Délivrance des passeports et cartes nationales d’identité : le favoritisme impose sa loi

0
199

Lancés il y a de cela quelques jours, l’enrôlement de la population sur le registre national biométrique des populations (RNBP) et la demande de délivrance des passeports et cartes nationales identité n’obéissent pas à la règle dans les différents centres d’accueil des usagers (CAU) de N’Djamena.

Des fils indiens sans fin, assis à même sur le sol, des petites portes ouvertes à l’intérieur pour les favoris, les intermédiaires de part et d’autres… ce sont là le vécu quotidien des demandeurs. A l’entrée des portes, c’est la désolation, la merde des usagers. A notre arrivée, les fils nous accueillent avec des paroles suivantes:  » Vous même vous voyez, c’est un désordre, nous ne sommes pas des tchadiens ? Allez y tout dire, ne coupez pas ce qu’on dit, où est le droit dans ce pays ?….. D’autres patientent mais certains, sont même prêts à en découdre avec les agents de sécurité placés devant les portes.


Après quelques jours seulement, le constat sur le terrain fait croire que les vielles habitudes du commissariat central hantent les agents sur place. Au gouvernorat, l’on assiste à un désordre bien organisé. A l’entrée de la porte de distribution des numéros, les demandeurs se livrent à des jeux de ring où les plus forts et plus favorisés obtiennent aisément les fiches de fois sans même le numéro exigé à l’entrée malgré les rangs qu’occupent les premiers.


Tandis qu’à l’intérieur, une porte est ouverte pour les connaissances, les parents, amis, collègues… Devant cette porte, ceux qui arrivent lancent un coup de fil:  » je suis là déjà », djid kalass wa ( tu es là déjà )? », Sont au tant des refrains qu’on peut entendre devant cette porte pour les priorités et les hauts cadres.


« C’est depuis une semaine que je fais les va et vient, malgré que j’ai mon reçu « , lance un demandeur. A côté de lui, un autre très déçu, s’exclame : « ils ont dit que les cartes peuvent être vite faites mais ce que je vois, c’est la même chose qui revient »! explique-t-il. Nos tentatives pour entrer en contact avec les responsables des différents CAU ne sont soldées que par des coups de silence et mépris des gendarmes placés devant les entrées.  » Ils sont même tous sortis », largue un gendarme au CAU du 7eme arrondissement. Monsieur attendez 05 minutes et il disparaît sans revenir, esquive le portier du CAU au gouvernorat


Il faut noter que pour se faire enregistrer et/ou demander à se faire délivrer la carte où passeport, il y a plusieurs processus. Mais sur le terrain, il y a manque de communication et d’orientation des usagers. Il faut aller à la banque avec une des pièces (acte de naissance, carte, passeport, permis de conduire…) pour payer les frais et prendre le reçu. Arrivée dans les Centres, il faut être très tôt sinon tu passeras des jours au soleil sans se faire enregistrer. Là-bas, Tenez vous bien, il vous faut des muscles solides pour rester debout pendant au moins 4-5 heures pour prendre le numéro ou les fiches. Là encore, c’est très difficile.  » J’ai mes fiches depuis 03 jours mais rien », se lamente une usager au CAU du gouvernorat.


Tel que vont les choses, l’ANATS pourra attendre ses objectifs ? Puisqu’au lancement il a été dit que cette agence a la capacité de tirer 15 000 cartes et 550 passeports journalier. La peur est que en moins d’un mois, les pratiques observées ça et là démontrent le manque de professionnalisme des agents qui sont prêts à s’énerver devant les multiples questions des demandeurs.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici