Crise politico-militaire, quel silence des artistes !

0
1343

Après le décès tragique du Marechal Président Idriss Deby ITNO au front, la mise sur pied d’un conseil militaire de transition a fait couler tant d’ancre à travers le pays. Mais c’est en ce moment là que les artistes sont dans le silence.

Les réactions sont de part et d’autre. Les partis politiques de l’opposition, la société civile et quelques artistes ont protesté contre le conseil militaire de transition.

Plusieurs associations des femmes ont fait des déclarations pour appeler les Tchadiens aux dialogues et de prôner la paix. Mais jusqu’à là la multitude des artistes tchadiens sont dans le silence. Pourquoi ce silence de certains artistes bien connus de leur franc parler et leur engagement ?

Pourtant c’est dans de telle crise que l’artiste doit jouer son rôle de l’artisan de paix, la voix du peuple opprimé. Un rôle très important dans une société. C’est ici le lieu de se faire entendre. Mais l’on note pendant cette crise une minorité d’artistes et promoteurs culturels qui ont à travers leurs productions véhiculé des messages de paix, de cohabitation pacifique et le vivre ensemble.

Les promoteurs ont quant à eux, rencontrer les religieux pour sensibiliser la population. Parmi ces artistes, l’on note la contribution de MATIBEYE Geneviève, Anonyme, Iviano, Hadre Dounia et Noki NDJEDANEM. Le Tchad ne compte que cette minorité d’artistes ?

Si pendant la campagne électorale, les voix de quelques artistes se sont levées contre le sixième mandat du président Idriss Deby Itno, d’autres ont accompagné les partis politiques pour les campagnes. Mais où sont-ils partis ces artistes pendant cette crise ?

Faut-il que leur intérêt soit menacé avant de réagir ? Pourtant l’artiste est celui qui est plus proche de la population. Les artistes doivent s’unir et apporter leur contribution pendant cette crise.

Ou bien faut-il débloquer un fonds pour pouvoir les réveiller de ce silence comme le ministère de tutelle l’a fait pendant la crise à corona virus ?


Abraham KAITAMA

Laisser un commentaire Annuler la réponse.