Coup mortel d’un Tchadien sur un gendarme togolais : ce qui s’est réellement passé

0
646

Un commerçant tchadien résident sur le territoire togolais a, ce jeudi 02 juin 2022, agressé au couteaux deux agents des forces de sécurité au grand marché de Lomé. Dans un communiqué rendu public, le ministre de la sécurité et de la protection civile, Gal. Yark Damehame, expose les faits.

Selon le communiqué du ministre, la scène se passait aux environs de 12H00. Un individu, de nationalité tchadienne, nommé Ousmane Mouhamed Aboubakar, âgé de 51 ans, revendeur de friperie au grand marché de Lomé, a agressé au couteau deux agents des forces de sécurité déployés au sein du dispositif de sécurisation du grand marché d’Adawlato.

le ministre de la sécurité et de la protection civile, Gal. Yark Damehame

Au moment des faits, rapporte le patron de la sécurité, « il s’est dirigé au poste situé à l’entrée du marché d’Atikpodji où il a, dans un premier temps, poignardé par surprise un gendarme à la poitrine avant de blesser grièvement son second qui est un policier ». L’agresseur, poursuit le ministre « s’est ensuite saisi de l’arme de sa victime donnant l’impression de vouloir l’utiliser et créant ainsi une panique au lieu du crime ».

Grâce à l’intervention d’autres agents alertés par la population et avec le concours de celle-ci, le citoyen tchadien, a pu être maîtrisé. Les deux agents blessés ont été immédiatement évacués au CHU SO pour des soins. Malheureusement, renseigne Yark Damehame, « l’un d’eux, a succombé à ses blessures, le second se trouve toujours en soins intensifs ».

L’auteur de ce forfait « sérieusement molesté » par la population est récupéré par la gendarmerie nationale qui a ouvert une enquête pour élucider les circonstances réelles de cet acte crapuleux. Le ministre de la sécurité et de la protection civile tout en condamnant cette agression salue le courage et la bonne collaboration de la population avec le personnel des forces de l’ordre et de sécurité qui ont permis de maîtriser cet individu malintentionné.

Atha ASSAN

Laisser un commentaire Annuler la réponse.