CENI: l’UNAT interpelle le président Deby sur la violation de l’ordonnance n°012 instituant la parité et demande que le décret n°1330 soit corrigé

0
221

La présidente de l’Union nationale pour l’alternance au Tchad (UNAT), Ndjelar Koumadji Mariam attaque le décret n°1330/PR/2020 du 29 juin nommant les membres de la CENI sans tenir compte des femmes.


Pour l’UNAT, la mise en place de cette nouvelle de la commission électorale nationale indépendante (CENI), en excluant l’agente féminine est une violation systématiquement des dispositions de l’Ordonnance N°012/PR/2018, Instituant la Parité dans les Fonctions Nominatives et Electives en République du Tchad et de la Politique Nationale Genre adoptée en 2017 à travers le Décret N°2035/PR/PM/MFPPESN/2017 du 20 novembre 2017.


 » Nous tenons par le biais de cette communication politique exprimer notre mécontentement le plus profond et le plus objectif suite à la nomination des membres de la CENI par un Décret qui a choqué beaucoup des Tchadiennes et des Tchadiens et qui viole systématiquement le dispositif juridique de notre pays qui doit nous conduire progressivement vers une inclusion totale des femmes responsables dans la vie politique et publique ».


En condamnant cette fragrante violation et mépris vis-à-vis de la femme tchadienne, l’UNAT rappele que la Politique Nationale Genre (PNG) est inspirée des textes juridiques internationaux et nationaux qui sont entre autre la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (du 10 décembre 1948) et la Convention sur l’Elimination de toutes les Formes de Discrimination à l’égard des Femmes (CEDEF) .


Pour le parti, si la bonne gouvernance commence par le respect des textes, il est d’une nécessité absolue pour le Maréchal Idriss Deby Itno, Président de la République, Chef de l’Etat, de respecter les textes liés aux Conventions Ratifiées ainsi que les Décrets signés par lui-même. Sinon pour l’UNAT, la « bonne gouvernance » proclamée perdra tout son sens.


Cette nomination est selon le parti de Ndjelar Koumadji Mariam un mauvais signal pour la réduction des inégalités des sexes et la participation des femmes responsables et pleines des capacités aux prochaines organisations des élections.


De ce qui precede, l’UNAT demande sincèrement au Président de la République de corriger cette violation de ces deux cadres juridiques ci-haut mentionnés en demandant aux partis politiques membres du CNDP de lui proposer à nouveau des candidates et candidats tout en respectant la Parité.


« L’implication des nouvelles têtes féminines tchadiennes responsables dans la gestion politique du pays doit être garantie par le Chef de l’Etat. Car l’équité sociale, c’est aussi favoriser les femmes dans leurs diversités politiques et religieuses », martèle Mariam avant d’ajouter que pour se développer le Tchad à besoin de ses hommes et femmes. « Pour des élections libres, transparentes et crédibles la CENI à besoin des Tchadiennes et des Tchadiens responsables », dit-elle.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici