Campus universitaire de Toukra : Lydie Beassemda sur les traces de Makaye Hassane Taïso

0
849

Après cinq ans, les étudiants n’ont pas tout digéré les séquelles de détérioration des conditions d’études dans les différents campus universitaire de N’Djamena. Ce jeudi 20 mai, la nouvelle tête de l’enseignement supérieur et de la recherche, Lydie Beassemda, a passé sur les traces de Makaye Taïso en 2017. Sa voiture a été caillassée par les étudiants.


En visite sur le campus universitaire de Toukra, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Lydie Beassemda a eu la vie sauve mais sa voiture a été caillassée. Prenant les reines du département, il y a de cela quelques jours, la ministre voulait selon ses entourage s’enquérir de la réalité dans les différents campus universitaires.

Une initiative louable mais mal réfléchi. La ministre a peut-être oublié que les étudiants de Toukra sont allergiques à la présence des autorités sur ce campus. Vouloir vivre la réalité face-à-face avec ses étudiants est logique en sa qualité de mère mais les locataires du campus qui broyent du noir depuis bieny cinq ans avec des promesses irréaliste des plus hautes autorités, sont prêts à tout actes de vandalisme.

De la dotation des nouveaux bus de transport universitaire, la réhabilitation et l’équipement des bibliothèques, le fonctionnement des restaurants bref l’aménagement des conditions d’études après la supression des bourses d’études et l’instauration des inscriptions à 50 000 FCFA de la 1er en 7e année, sont des points jusqu’à aujourd’hui non satisfaits. Un poison prêt à exploser en toute circonstance.


L’on se demande, pourquoi ceux qui l’ont précèdé, n’ont-ils pas ce courage d’aller enquérir de la réalité en face ? La ministre a-t-elle été induite en erreur ? Ou c’est un coup préparé pour la ministre ? Sinon comment comprendre pour que la ministre Lydie descende sur le site universitaire de Toukra sans mesurer les conséquences ?

Si aujourd’hui Plusieurs Ministres de ce département n’ont pas pu résoudre le problème des étudiants Tchadiens, ce n’est pas un ministre de transition qui peut faire mieux. Les étudiants qui réclament les meilleurs conditions d’études, doivent comprendre que leur bavure du jeudi est antisociale.

Laisser un commentaire