Campagne de mobilisation citoyenne pour la libération du policier Mékila Elysée Assingar

0
410

Conférence de presse du coordonnateur du MCPL, Sosthène Mbernodji, samedi 13 août 2022

Déclaration liminaire

Mesdames et messieurs les journalistes,
Nous vous avions conviés à cette conférence de presse au sujet de Mékila Elysée Assingar, policier de grade gardien de paix, arrêté depuis le mercredi 13 avril 2022,soit jour pour jour 4 mois aujourd’hui,et détenu au secret à la Direction Générale des Renseignements et d’Investigations, DGRI, anciennement RG. J’ai à mes côtés son avocat, maître Max,son épouse,ses enfants et sa grande sœur.


Quatre longs mois de détention illégale et abusive dans un ot de ce service ; on a dénoncé son incarcération et attiré même l’attention du procureur de la République depuis avril. Rien n’est fait,du moins à notre entendement. Nous avons dépassé le stade de dénonciation et lançons par cette conférence de presse une Campagne de mobilisation citoyenne avec un hashtag: #LibérezMékilaElyséeAssingar !
On nous a dit qu’il y a un dialogue national inclusif pour débattre des maux multiples qui ont gangrené le Tchad et refonder le pays. Mais on ne peut aller au dialogue en maintenant prisonniers des citoyens aux motifs fallacieux. D’ailleurs,la détention d’un citoyen hors cadre juridique et judiciaire est une infraction. Nous avions lancé il n’y a pas longtemps un appel direct au président du CMT aux fins de procéder à la libération du policier Mékila Elysée Assingar mais aucun écho, silence radio.Quatre mois de détention,c’est trop.


Pour cette campagne, déjà des tee-shirts sont conçus à son effigie ; nous demandons aux internautes de changer leurs profils à son image et d’écrire chaque jour sur leurs pages : Libérez Mékila Elysée Assingar,un hashtag,qui est une forme de résistance en ligne. Dès la semaine prochaine,nous demanderons aux tchadiens d’envoyer des SMS massifs et récurrents aux responsables de la sécurité. Si d’aventure on ne le libère pas , le samedi 20 août,nous demanderons aux tchadiens épris de paix et de libertés de sortir massivement pour manifester devant le Palais du 15 janvier où doit s’ouvrir le fameux dialogue national inclusif. Trop c’est trop. Assez c’est assez !

Laisser un commentaire Annuler la réponse.