Baba Laddé: « Moi, j’ai des accords avec le Maréchal et je les respecte. Mais ce que je crains, il ne faut pas qu’on trompe ces officiers ».

0
1991

De son vrai nom Mahamat Abdoul Kadre Oumar alias Abdelkader Baba Laddé, l’ex-chef rebelle et chef du parti politique Front Polaire pour le Redressement (FPR) a dans une interview accordée a Tachad.com, déclaré que depuis le temps de Ngarta à Mahamat Idriss Deby en passant par Idriss Deby Itno père, Hissein Habré, Goukouni et Malloum, les nominations tournent autour de deux à quatre groupes ethniques.

« La situation que le tchad traverse, est un moment difficile de son histoire », dit-il. Pour lui, la disparition du Maréchal est un coup fatal pour tous le peuple Tchadien, pour les amis même les partenaires ainsi que la France notre premier partenaire au développement. « Ce moment est difficile et je pense que les tchadiens doivent supporter ce moment et apporter leurs contributions pour que ce moment passe son histoire et reste comme l’histoire du pays », extime-t-il.


Le President du FPR indique que, au niveau de son parti politique, « nous avons beaucoup contribué à la construction de la paix en passant par les accords que nous avons signé en 2012. Ça donné un apaisement à ce pays politiquement sous les yeux des nations unies. Et dernièrement nos accords avec le Maréchal de Sénégal à BONGOR, nous avons cru que nous pouvons apporter quelque chose à ce que le Tchad ne se trouve plus dans le problème de l’instabilité mais voilà que nous tombons encore dans la meme situation avec la rébellion qui s’agite dans le nord du pays et la disparition tragique du Maréchal », constate Abdelkader.


Pour lui, les tchadiens sont sages. Personne ne s’attendait que, après la disparition du Maréchal que le Tchad allait rester instable. Mais aujourd’hui le Tchad vit quand-même de son stabilité malgré les quelques tiraillements.  »Des tiraillements d’ordres intérêts personnels qui se jouent claniquement et aussi des organes politiques qui s’organisent et c’est toujours dans l’intérêt personnel », souligne-t-il en indiquant que jusqu’à aujourd’hui « je ne vois pas l’intérêt du peuple se jouer là. C’est l’intérêt personnel qui se joue à travers tout ce que les gens font ».

Les tiraillements pour des intérêts personnels et claniques doivent cesser


« J’appelle à ceux qui font les tiraillements pour des intérêts personnels et claniques de cesser. Le Tchad, il n’y a pas que quatre ou Cinq ethniques qui existe au Tchad. Il y en a au moins deux cents quelques ethniques au Tchad. S’il y aura quelque chose, la géopolitique est stratégique pour ces acteurs politiques. Ils doivent comprendre qu’il n’y a pas seulement quatre ethniques qui s’affichent à l’horizon politique du Tchad? C’est très dangereux ce qu’ils ont entrain de nous montrer« , crache Laddé dans un ton furieux.


« Si nous voyons un peu ce qui se fait. Les consultations du gouvernement, les nominations qui se passent, ce sont les mêmes personnes que le Tchadien ne voulait pas voir s’afficher qu’elles reviennent. Je dis ça et pèse bien sur mes mots. Je sais de quoi je parle. Je sais la conscience des Tchadiens », fustige-t-il.

Selon lui, beaucoup de Tchadiens lui demande pourquoi les mêmes têtes reviennent toujours dans les nominations ? « Je leur répond, moi, je ne suis pas consulté. Mois, j’ai des accords avec le Maréchal et je les respecte. Mais ce que je crains, il ne faut pas qu’on trompe ces officiers pour qu’on ramène et leur dire, qu’ils ont géré avant le Maréchal. C’est ce piège que je crains pour la junte, claque-t-il.


Le dialogue entre les Tchadiens

En tant que tchadien, Abdelkader souhaite voirles tchadiens s’excuser, se retrouver et amener une idée constrictive pour le Tchad futur. « Le Maréchal avait lancé des choses, il a mis le Tchad sur les rails de développement. Ce n’est pas à sa disparition que les tchadiens vont trouver que c’est le moment de casser ce qui est construit en 30 ans. Moi je ne suis pas pour ça ».

Laisser un commentaire