Au nom de l’amour, elle vole une moto à son amant

0
2336

De jour en jour l’insécurité va galopante dans la ville de N‘Djamena. Pour gagner la confiance et prouver son amour à son super chéri, une jeune dame environ 30 ans, habitant quartier Chagoua, a usé de ses malices pour abuser de confiance d’un clandoman pour prendre sa moto.

Courant mois de septembre dernier au quartier walia, la dame la nommée Aché, sortie de l’école de détective privée de Gassi, a usé de ses tacts pour tromper la vigilance d’un clandoman le nommé Jonathan (étudiant) pour arracher sa moto de marque Haouzou dame. Selon le témoignage de la victime, cette dernière l’avait demandé de la déposer à walia, chez son grand frère.

En route dit le clandoman, la femme « m’avait dit que les hommes sont mauvais », Comment sont-ils mauvais ? Relance le clandoman. « J’ai souffert avec mon mari et maintenant, il a trouvé du travail et ne veut plus me considérer ». « La vie est faite toujours ainsi mais Dieu seul peut changer le cœur de l’homme donc prie pour ton mari », conseille monsieur Jonathan, ignorant l’avenir.

Jonathan va net tomber dans les pièges d’Aché douée d’escroquerie demesurable. Arrivés à la destination, « la dame était entrée dans une concession où se trouvait son soi-disant grand frère », raconte-t-il. Un instant plus tard, « elle était ressortie pour demander la clé de la moto au pour aller acheter le parfum sous l’ordre du grand-frère qui n’est pas en réalité son grand-frère mais un marabout », poursuit-il.

Selon le clandoman « je n’ai pas l’habitude de donner la clé de ma moto à n’importe qui et d’ailleurs on ne se connait pas donc impossible », a-t-il lancé. Sur instance, elle laisse son téléphone en guise de gage. Dans sa naïveté, le pauvre clandoman, remet la clé à la dame Aché et part acheter le parfum sans retour.

Ce n’est pas seulement Jonathan que la dame a escroqué pour arracher sa moto. Aché a aussi escroqué son marabout avec de faux or et a pu arracher même le téléphone de sa voyante avant de disparaitre dans la nature.  

Un jour le maitre

Après près d’un mois, le clandoman et Aché nez-à-nez en circulation. Aussitôt, monsieur Jonathan alerta la police qui a pu mettre la main sur la dribbleuse : « la moto a été ramenée chez le marabout le même jour », dit-elle. Selon le mari d’Aché, « elle me disait qu’elle avait acheté la moto avec l’argent de tontine. J’ai demandé les pièces de la moto, et elle me trompait en disant que la moto coûtait deux cent cinquante mille (250 000 FCFA) et qu’elle avait avancé deux cent mille (200 000 FCFA) donc on ne lui a pas remis les pièces. Quand elle aura fini, elle apporterait les pièces », clame-t-il. Le clandoman a récupéré sa moto et le couple voleur médite son sort au Commissariat de sécurité publique (CSP 16) de Gassi.

Yorhein Ongsi Aristide/Journaliste Stagiaire

Facebook Comments

Laisser un commentaire