53,7 milliards de FCFA pour les activités agropastorales et halieutiques

0
218

Un projet d’un montant de 53,7 milliards de FCFA pour l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle a été lancé ce mercredi 15 octobre à l’hôtel Ledger Plazza de n’Djamena par la ministre de la production, de l’irrigation et des équipements agricoles, Madjidian Padja Ruth.

Dénommé projet de renforcement de la productivité des exploitations agropastorales familiales et résilience (RePER) ; le projet vise essentiellement à l’amélioration durable de la sécurité alimentaire, nutritionnelle et les revenus des ménages ruraux dans les zones couvertes par ledit projet. Le projet va toucher au moins 208 500 ménages ruraux ciblés. Ainsi ces ménages verront améliorer la performance et la résilience de leurs exploitations agropastorales familiales.

Les actions planifiées dans ce projet consistent notamment l’aménagement des hydro agricoles, des itinéraires techniques résilients, de la manipulation et diffusion des semences améliorées, de l’amélioration de l’élevage de petits ruminants et de la volailles, du désenclavement, de la nutrition de la mère et de l’enfant, des services financiers adaptés, de la structure des organisations de producteurs, de la valorisation de produits agropastoraux par le stockage, la transformation et la commercialisation…

En lançant le projet, la ministre de la production, de l’irrigation et des équipements agricoles, Madjidian Padja Ruth a exhorté les acteurs impliqués dans la mise en œuvre d’œuvrer harmonieusement et efficacement pour relever les défis identifiés par le projet. Elle a souligné par ailleurs que le RePER s’investira dans la mise en valeur de l’immense potentiel pastoral et halieutique dans les cinq provinces concernées à savoir, le Guéra, le Batha, le Hadjer lamis, le Chari Baguirmi et le Salamat.  

Le RePER est un projet porté par le Fonds International de développement Agricole (FIDA) et le fonds Vert Climat pour l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la population tchadienne. C’est un projet formulé sur le contexte national et conformément aux facteurs qui impactent négativement la production de denrées alimentaires en ces dernières années au Tchad notamment la crise économique et financière qui sévit dans le pays depuis 2014, l’environnement sécuritaire transfrontalier très fragile et la forte vulnérabilité environnementale.

Il est conçu pour apporter, renforcer et améliorer les exploitations agropastorales familiales qui sont peu performantes et peu résilientes devant les changements climatiques.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici