0
1858

La Convention tchadienne de défense des droits de l’Homme (CTDDH), s’indigne contre les arrestations, détention arbitraire et les mauvais traitements infligés aux détenus dans les cellules de l’agence nationale de sécurité (ANS) ce samedi 02 mai 2020 à la maison des média du Tchad.


« La CTDDH a pu établir avec certitude que trois détenus de l’ANS en l’occurrence MOUSSA HAMIT TEOURA, BARADINE BERDEI TARGUILO et KABIR ISSA sont totalement innocents. Ces trois personnes dont la CTDDH a pu établir formellement l’innocence, sont victimes d’un système répressif et mafieux, qui n’hésite pas à violer sans vergogne les droits fondamentaux des citoyens. L’arrestation et la détention arbitraire de ces trois personnes innocentes sont d’autant plus choquantes qu’ils sont interdits de visite de leurs parents ; leurs geôliers et les personnes à qui, ils obéissent méritent cent fois leur sort »,
dénonce Mahamat Nour Ibedou, secrétaire général de la CTDDH.


La CTDDH a saisi l’occasion pour rappeler aux autorités tchadiennes que les prisons de l’ANS contiennent environ 200 détenus au secret dans les différents cachots disséminés un peu partout dans les quartiers administratifs de la ville de N’Djaména. La CTDDH de marteler que au lieu de transférer ces détenus dans des prisons légalement instituées, les autorités préfèrent les envoyer dans des lieux occultes de l’ANS afin de les soustraire à tout contact avec leurs proches.


Mahamat Nour Ibedou d’indiquer que la CTDDH plaide afin les autorités tchadiennes se soucient de ces compatriotes détenus illégalement dans les geôles de l’ANS puissent être envoyés dans des prisons régulièrement connues pour ceux d’entre eux qui ont été jugés et condamnés, et de présenter devant les juridictions compétentes ceux qui ont été arbitrairement arrêtés et détenus sans jugement.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.